Migrateurs dans le golfe du Morbihan

Version imprimableEnvoyer à un ami
Migrateurs dans le golfe du Morbihan

Il fait frisquet ce matin en arrivant juste après le lever de soleil à la réserve de Séné dans le Golfe du Morbihan. Guillaume Gellinaud, le responsable du site m’accueille avec un café revigorant. Il a gelé. Les zones humides sont prises par la glace. Il me dit que d’ici 10 h 00 ça devrait être bon. Nous partons vers les observatoires. Cheminant sur les caillebottis sur pilotis, deux spatules surprises par nos démarches peu silencieuses quittent précipitamment un trou d’eau laissé libre par la glace. Leur envol dans la lumière du levant donne le ton à la journée : lumière, oiseaux, atmosphères, bref, un rêve de naturaliste et de photographe.

Au premier observatoire ce sont des grèbes qui m’accueillent. Des vanneaux se serrent sur une étroite bande de terre qui émergent des eaux du marais. L’atmosphère sonore est d’un calme divin. Les déclanchements de mon appareil photo me perturbent. Alors je prends les jumelles. La glace concentre les oiseaux sur des zones d’eaux libres. Je décide d’aller explorer les autres observatoires de la réserve. Seul, je suis à l’écoute de la vie du marais. Dans le ciel, c’est un aréopage ornithologique qui passe et repasse sans cesse, cherchant désespérément à se poser. Spatules, avocettes, vanneaux, canards, limicoles, tout le peuple des migrateurs est là à portée d’objectif… Le soir venu, les chiffres tombent plus de 60 Go d’images mais surtout la sensation d’avoir vécu des moments de partage avec ce fabuleux écosystème qu’est le Golfe du Morbihan….

Publier un nouveau commentaire

CAPTCHA
Cette question est là pour vérifier si vous êtes un visiteur humain et pour éviter le spam.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.